Informations historiques

Informations historiques

Informations historiques

Washington, DC n’a pas toujours été la capitale des États-Unis. Plusieurs villes se sont succédées pendant les premières années après la Déclaration d’Indépendance : Philadelphie, Baltimore, Lancaster, York, Princeton, Annapolis, Trenton ou encore New York.

Washington, DC est créée officiellement par la Constitution américaine en 1787 et devient ainsi la capitale fédérale des États-Unis.

Pendant la guerre de 1812, les Britanniques et Canadiens ont pour ordre de brûler les édifices publics de Washington, DC afin de démoraliser l’ennemi et de venger la destruction de la capitale du Haut-Canada (qu’on connait aujourd’hui sous le nom de Toronto) par les Américains après la bataille de York en 1813.

Peinture de Tom Freeman

Peinture de Tom Freeman (1814)

Le 24 août 1814, le général britannique Robert Ross remporte la bataille de Bladensburg, qui lui ouvre le chemin de Washington. Le président James Madison se retire alors dans les montagnes de Virginie. La plupart des habitants de la capitale s’enfuient également en voyant l’avancée britannique. Le 25 août, les troupes britanniques marchent sur Capitol Hill. Robert Ross veut alors détruire la ville car il ne peut l’occuper. Les bâtiments du Sénat, de la Chambre des représentants et du Trésor sont détruits, de même que l’intérieur de la Bibliothèque du Congrès. Afin d’éviter qu’ils ne soient utilisés par les Britanniques, les Américains brûlent les chantiers navals de Washington. L’occupation de Washington prend fin quand les troupes britanniques sont envoyées contre Baltimore. La reconstruction du capitole commença en 1815 et fut achevée quinze ans plus tard (en 1830). Les étapes de ces différentes constructions sont visibles en maquettes dans le musée du Visitor Center du Capitole.

La volonté des Pères Fondateurs en créant Washington, DC était d’avoir une capitale totalement indépendante des différentes états. Ainsi, même si le terrain a été pris aux états de la Virginie et du Maryland, la ville ne fait partie d’aucun des États fédérés américains. Elle fait partie du District de Columbia, qui n’est pas un des 50 états, et dépend directement de l’État fédéral.

Ceci placent les habitants du District dans une position inhabituelle : ils n’ont pas de représentation dotée de droit de vote auprès du pouvoir législatif national (le Congrès des États-Unis) : ils élisent un représentant qui n’a qu’un rôle d’observateur et n’élisent personne au Sénat. Jusqu’en 1961, ils ne pouvaient même pas voter à l’élection présidentielle !

Exemple d'une plaque d'immatriculation à Washington, DC

Exemple d'une plaque d'immatriculation

Bien que le District de Columbia ne soit pas représenté au vote du budget fédéral (puisque ce n’est pas un état), les habitants payent les impôts fédéraux. Une situation résumée sur les plaques d’immatriculation du District par la formule « Taxation without representation » (« des impôts sans représentation électorale »). Cela fait un parallèle entre la situation actuelle du District et celle d’avant la révolution américaine.

Partager cet article :

Rédigé par Virginie Bitterlin

Virginie Bitterlin
Passionnée de voyage et de photo, je suis tombée amoureuse de Washington lors de ma première visite en 2011. Lassée de voir cette ville souvent mise de côté, j'ai décidé de partager ma passion pour cette ville afin de donner envie à d'autres de la découvrir.

Poster un commentaire